Qui est Fernando Eros Caro ?

Publié le par Sandra


Biographie de Fernando :


Fernando Caro est un indien yaqui né en 1949 à Brawley, en Californie, dans une famille de fermiers. De santé fragile, Fernando passe toute son enfance et son adolescence près des cultures traitées avec des pesticides. Enfant, il est chargé de diriger les avions au-dessus des champs à pulvériser, et cela sans aucune protection. Fernando connaît une période difficile du fait de la pauvreté extrême de sa famille et des conditions de travail proche de l'esclavage :  un père alcoolique et violent, une mère qui le bat "pour le rendre plus fort", une éducation scolaire rigide (il reçoit des coups à chaque fois qu'il s'exprime en espagnol, sa langue maternelle), le décès de sa grand-mère alors qu'il n'a que 6 ans.

Enfant silencieux, solitaire et courageux, il doit s'acquitter des tâches ménagères avant d'aller à l'école.



Quelques années plus tard, il obtient malgré tout une bourse lui permettant de poursuivre ses études d'ingénieur à l'Université Publique de San Diego. Racisme au sein de l'université, échec sentimental, tout cela entraîne Fernando dans une dépression sévère, s'accompagnant, entre autres, de tendances suicidaires, syncopes, insomnies etc. ce qui l'oblige à interrompre ses études et  le pousse à rejoindre le corps des US Marines.
Marié et père de trois enfants, Fernando retrouve par la suite un emploi dans une usine produisant des pesticides.

Le 25 août 1980, alors qu'il travaille dans cette même usine, il est arrêté pour le meurtre de deux personnes de race blanche.

Non autorisé à témoigner, il ne sera pas entendu par la Cour. Pourtant Fernando a toujours clamé son innocence. Malgré cela, le Jury demande la peine capitale en 1982 et il se retrouve alors dans le couloir de la mort.

Il décide de faire appel du fait des irrégularités commises lors de son procès*. Mais le 19 août 1996, l'appel est rejeté. Ce n'est qu'en 2000, que la Cour Suprême décide d'annuler la sentence de mort. Et cela, grâce à une mobilisation internationale. La Cour Suprême considère alors que les pesticides respirés pendant des années par Fernando (sans jamais avoir eu de protection ni avoir été informé du danger) ont, de toute évidence, eu des répercussions sur sa santé mentale et qu'il ne peut comparaître correctement, ni se défendre pendant le procès. Mais, le Procureur ne veut rien entendre et maintient sa décision :  la condamnation à mort.

Fernando a passé plus de 25 ans dans le couloir de la mort à attendre dans la plus grande angoisse qu'on vienne le chercher un jour pour l'exécuter. Cela est inacceptable et c'est pourquoi des pétitions circulent un peu partout dans le monde.

Je corresponds avec Fernando depuis des années. C'est un homme sensible, plein de sagesse, un être qui n'aspire qu'à la paix, un artiste extraordinaire...

* le détail des irrégularités du procès feront l'objet d'un autre article


Les sources de cet article proviennent du Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA), de Kola et Human rights


Fernando et l'Art : 

Voici un extrait d'un article provenant de la revue Nitassinan n°39 (1995) intitulé "Un artiste dans le couloir de la mort" : (publié avec l'aimable autorisation du Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques)

"Initié à la peinture grâce à un programme organisé dans la prison, Fernando a décidé de se consacrer à cet art. Ses magnifiques fresques contribuent à créer un meilleur environnement dans le parloir de la prison de San Quentin et ses peintures ont été présentées pour la première fois en 1992 dans le cadre de l'exposition "L'art enchaîné" au centre culturel du quartier de Mission à San Francisco. Ses tableaux ont été exposés dans des galeries d'art en Europe, notamment à Genève, Oslo et Rome.

Lorsque Fernando est arrivé dans le "couloir de la mort", il n'avait aucune idée de ce qui l'attendait. Il avait beaucoup de temps mais, rien à faire. Il se mit donc à dessiner avec un stylo à bille qu'on lui avait fourni. Il commença à dessiner des animaux, puis des portraits. Il découvrit que le dessin occupait son esprit, l'aidait à se détendre et lui apportait une évasion temporaire hors de l'atmosphère répressive qui l'entourait. Puis il apprit à peindre. Son art devint une sorte d'ami et de soutien. Ironie du sort, Fernando n'aurait probablement jamais découvert son talent s'il ne s'était pas retrouvé dans le quartier des condamnés à mort. Et c'est un stylo à bille qui a tracé sa voie.

L'esprit humain peut-être extrêmement puissant et c'est pour cela que l'on essaie de le briser en prison. Lorsque l'esprit cède, le corps fléchit à son tour et la personne devient facile à contrôler.
Fernando a renforcé son esprit grâce à son art. Il se fonde sur la représentation mystique du daim selon la tradition yaqui. Cela lui procure une raison d'être, croyance, puissance et contact avec ses origines. Le fait qu'il n'ait pas renié ses origines ethniques est très important. s'il l'avait fait, son âme se serait progressivement divisée et son esprit rempli de confusion.
Fernando ne peut saisir de la terre à pleines mains, ni contempler le lever ou le coucher du soleil, ou l'éclat d'une étoile filante dans la nuit mais il lui est possible d'exprimer cette mémoire et ces sentiments dans ses tableaux."

Un grand merci à Catherine du CSIA

Fernando a également un grand talent pour l'écriture. Il écrit des poèmes et histoires.

Commenter cet article

MOREAU Barbara / Kikébab 09/12/2007 21:32

Pourriez-vous nous communiquer l'adresse de cet homme ? Fraternellement.

Sandra 11/12/2007 19:04

Bonjour et merci pour votre message. Je vous envoie les coordonnées de Fernando par email d'ici quelques minutes. A tout de suite.Sandra

AnimalDan (J-Luc Malandain) 12/11/2007 09:11

Merci de m'avoir fait connaître ce frère humain, merci de votre action dans cette bouleversante et révoltante affaire. Très cordialement.

Sandra 14/11/2007 23:36

Et merci à vous de vous intéresser à son histoire...Je vous souhaite une bonne soirée.Sandra